Arnaud Assoumani


 

 

Mon histoire

 

Après avoir débuté la pratique sportive par la natation et essayé de nombreux sports, j’ai découvert l’athlétisme à l’âge de 11 ans. Petit, je rêvais de faire du saut en longueur. Ce rêve est devenu une réalité. C’est même aujourd’hui mon métier !

 

Le sport est essentiel pour moi.
C’est un formidable moyen d’apprendre la vie au travers de rencontres, de partages, de grandes joies, comme de désillusions. Chaque jour je prends énormément de plaisir dans mon activité.

 

Les émotions que je vis sont très fortes en raison de l’investissement que je donne à ma passion. C’est pour moi un concentré de la vie, autant dans les défaites que dans les victoires. Les émotions et sensations y sont décuplées, car la vie à haut niveau ne dure pas longtemps et passe très vite. L’année 2008 de ma médaille d’Or aux Jeux Paralympiques de Pékin est déjà loin, Londres 2012 et Rio 2016 sont passés et je me prépare déjà pour Tokyo 2020 qui va arriver très vite !

 

C’est pourquoi je donne le maximum pour ne rien regretter, car je suis conscient que tout cela aura une fin. Je prends donc également du temps pour réaliser d’autres projets. J'ai fait mes études à Sciences Po Paris. J’ai étudié le cinéma, étant monteur vidéo de formation. Je suis également dingue de musique, je chante, pratique le beatbox (musique avec la bouche) et joue de la musique brésilienne (Samba). De manière générale, j’aime tout ce qui touche aux métiers de la création et de l’art.

 

Ah pardon petit oubli, je ne me suis pas présenté, je m’appelle Arnaud Assoumani, je suis né le 4 septembre 1985 sans avant-bras gauche. Vous l’aurez compris, ce n’est absolument pas ce qui me caractérise le plus, mais c’est ainsi que certaines personnes pourraient me définir : métis, originaire de banlieue, les cheveux longs et handicapé!

 

Légèrement réducteur, n’est-ce pas ? A ce propos, qui n’a jamais rêvé de voir évoluer le regard des gens face à ce type de clichés ?

 

 

 

9 grandes dates dans la carrière d'Arnaud Assoumani

 

• Septembre 1997
En septembre 1997 je saute en longueur pour la première fois de ma vie. La scène se passe sur le sautoir en longueur du stade du Lac de Maine à Angers. C'est mon premier contact avec l'athlétisme.
J’ai la sensation de voler. J'exécute naturellement le ciseau pendant que je suis en l'air, mimétisme venant certainement des champions de saut en longueur que je regardais à cette époque. L'entrainement me fera prendre conscience et m'apportera la maitrise de ce que je fais lorsque je suis en l'air. Mon premier record référence est de 5m03 à 12 ans.

 

• Juillet 2002
Je participe à mes premiers Championnats de France jeunes valides. J’ai 16 ans. Mon saut de 6m65 me permet de rentrer parmi les 10 meilleurs jeunes français valides.
Avec Gaël, mon entraîneur, on se dit que je vais peut-être me faire repérer par les sélectionneurs de l’équipe de France d’athlétisme handisport.

 

• Janvier 2003
C’est mon premier contact avec une compétition handisport. De mon plein gré, je me rends avec mon entraineur aux Championnats de France indoor d’athlétisme handisport, auxquels je participe pour la première fois.
Je décroche le titre de champion de France de saut en longueur.
On s'aperçoit avec Gaël que la performance que je réalise me situe tout de suite parmi les 3 meilleurs mondiaux.

 

• Juin 2003
A 17 ans, je participe à mes premiers championnats internationaux handisports. Ce sont les Championnats d’Europe d’athlétisme handisport qui se déroulent à Assen aux Pays Bas.
Je remporte 2 médailles d’Or : 1 en Hauteur (je saute 1m90) et 1 au relais 4 x 100m, ainsi qu’une médaille d’Argent en longueur avec un saut à 6m76. Sur le podium de la longueur je donne rendez-vous au Jeux d'Athènes à l'athlète ukrainien qui m'a battu, en étant persuadé que je le battrai un an plus tard!
10 jours seulement après Assen, je participe aux Championnats interrégionaux d’athlétisme valides à Niort.
J'explose mes deux records personnels avec 7m11 à mon dernier essai à la longueur et 1m98 à la hauteur.
Ces deux performances me donnent une énorme confiance en moi et me prouvent que je peux réussir au plus haut niveau international handisport.

 

• Septembre 2004
Je participe à mes premiers Jeux Paralympiques à Athènes. Je remporte ma première médaille paralympique (le Bronze en longueur avec un saut à 6m91). Sur le coup je suis extrêmement déçu car je savais que j'avais les armes pour battre mon adversaire ukrainien. Il s'empare d'ailleurs du record du monde avec un saut à 7m16.
C’est également le début d'importantes douleurs récurrentes au dos, douleurs que je vais ressentir pendant 3 longues années qui vont m’empêcher de progresser. Un an après, j'ai seulement 20 ans, mais j'ai l'impression d'être dans un corps de grand-père, et je suis tout près de tout arrêter. Je me fais masser le dos avec un kiné avant chaque séance et effectue des abdos-gainage pour soulager mes douleurs et pouvoir m'entrainer. Certains jours je ne peux pas me baisser pour lasser mes chaussures. Les médecins et spécialistes ne peuvent pas m'apporter de réponses claires sur ma pathologie. Les frustrations que je ressens et cette situation vont me servir dans la suite de ma carrière. L'acceptation de mon état est un élément qui me permettra de passer au-delà des douleurs.

 

• Septembre 2008
Depuis un an je me suis entouré d’une nouvelle équipe. J’ai intégré le Team Lagardere, Guy Ontanon est mon nouvel entraîneur. Après une longue période de repos mes douleurs au dos ne sont pas réapparu. Je suis dans une nouvelle dynamique ultra positive.
Je m'entraine à cette époque avec de nombreux sprinteurs courant le 100m entre 10"06 et 10"30. Je suis arrivé dans le groupe avec la certitude que je n'avais plus de records et que je pouvais courir aussi vite que les gars avec lesquels je m'entrainais.
Aux Jeux Paralympiques de Pékin, je deviens champion paralympique de saut en longueur dans un stade archi-comble de 90 000 spectateurs. Avec un saut à 7m23 j'établis un nouveau record du monde.

 

• Février 2010
Je participe aux Championnats de France indoor (en salle) d’athlétisme valides à Bercy.
Je remporte la médaille de Bronze en longueur avec un saut à 7m82 juste derrière les meilleurs sauteurs français valides, Salim Sdiri et Kafétien Gomis. Je suis le premier athlète handisport français à remporter une médaille nationale avec les valides.
Rarement satisfait de moi-même, je suis réellement fier de décrocher cette médaille de bronze devant ma famille, mes amis, ma soeur et mon frère qui me voyaient pour la première fois en compétition.
Cette performance tombe à point nommé. A 2 ans des Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres, je montre que je suis dans la course à la qualification pour les Jeux Olympiques.
L'été je suis tout près de valider des sauts à plus de 8m. Je réalise 7m91 avec un peu trop de vent au meeting de Luminy à Marseille. Je suis en course pour la qualification européenne chez les valides. Deux semaines et demi avant les Championnats de France valides, je me blesse à la cheville. Il n'y aura pas de championnat d'Europe à Barcelone pour moi, seulement en tant que spectateur et supporter.

 

• Septembre 2012
Les Jeux Paralympiques de Londres constituent le plus gros échec de ma carrière sportive.
Je me blesse gravement au tendon d'Achille courant du mois de Juin: 10 cm de fissure sur le tendon d'Achille. Mon objectif de me qualifier aux Jeux Olympiques s'évanouit. Je n'ai même pas pu me battre pour tenter de me qualifier.
Malgré tout je parviens après 2 mois de rééducation intensive à participer aux Jeux Paralympiques de Londres. Seulement je ne décroche pas de deuxième titre paralympique à la longueur pour 3 cm. Je remporte deux médailles d’argent en saut en longueur et au triple saut.
Très loin de mes objectifs initiaux, l'échec est dur à encaisser car il ne reflétait pas les années de travail et de performance.
Avant même l'échec, une remise en question était nécessaire.
Afin de rebondir et de créer une nouvelle dynamique je décide de changer de cadre et de structure d’entraînement et pars m’entraîner à Los Angeles au Santa Monica Track Club avec Larry Silva.

 

• Septembre 2016
Malgré une année marquée par les blessures, j'arrive à me qualifier pour les Jeux Paralympiques de Rio et à monter sur le podium en remportant la médaille de Bronze.
Il m'a manqué quelques semaines d'entraînement pour gagner en vitesse et pouvoir espérer ramener la médaille d'Or qui était mon objectif, mais cette médaille de Bronze représente néanmoins beaucoup pour moi car ce fut une course contre la montre en raison des blessures qui se sont succédé. Je ressors de cette olympiade plus motivé que jamais pour reconquérir la médaille d'Or aux Jeux de Tokyo en 2020, avec l'aide de mon équipe qui a su me remettre sur pieds, me préparer et me soutenir mentalement pendant toute l'année 2016.

 

Profil

Taille: 1m85
Poids: 78 kg
Née à Orsay (Essonne), France
Nationalité: Française

 

Records

Saut en longueur: 7m91 (vent favorable), 7m82 (record du monde catégorie 46) 
100m: 10’95

 

Palmarès

En handisport (catégorie 46)

Jeux Paralympiques
2016 : Médaillé de Bronze en longueur.
2012 : Vice-Champion Paralympique de saut en longueur et de triple saut à Londres.
2008 : Champion Paralympique de saut en longueur à Pékin.
2004 : Médaillé de Bronze de saut en longueur aux Jeux Paralympiques d’Athènes.

Championnats du Monde d’athlétisme handisport
2017 : Médaillé d'Argent en saut en longueur
2013 : Médaillé de Bronze en saut en longueur
2011 : Champion du Monde de saut en longueur et médaillé de Bronze sur 100m à Christchurch en Nouvelle Zélande.
2006 : Champion du Monde de saut en longueur

En valide
Championnats de France en salle
2010 : Médaille de bronze en saut en longueur à Paris Bercy.